Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne », Université de Bucarest

Association des Chercheurs Francophones en Sciences Humaines

Université de l'Ouest « Vasile Goldis », Arad

RAPPORT
sur
l'École d'été internationale en philosophie et histoire des idées

 

« Ames, Horloges, Atomes et Forces : modèles alternatifs de l'individu

dans la pensée moderne »

 

Château de Macea, du 30 août au 14 septembre 2003

 

 

Projet déroulé avec le soutien financier de :

CONNEX

L'Ambassade de France en Roumanie

Le Conseil départemental d'Arad

 

 

 

Vlad ALEXANDRESCU, Ciprian TUDOR

I. INTRODUCTION

LES PRÉMISSES D'ORGANISATION DES PROJETS ACADÉMIQUES DE HAUT NIVEAU INTELLECTUEL.

 

L'École d'été « Ames, Horloges, Atomes et Forces : modèles alternatifs de l'individu dans la pensée moderne » fait partie d'un projet plus large, démarré il y a quelques années dans le but explicite d'intégrer le milieu universitaire roumain au réseau international de recherche, dans le domaine des sciences humaines. Le noyau académique, autour duquel ce projet s'est constitué, réunit des spécialistes en histoire de la pensée moderne, professeurs et jeunes chercheurs - la plupart récemment rentrés de leurs études doctorales à l'étranger - qui avaient saisi le besoin et l'opportunité des partenariats internationaux, censés revigorer le système d'enseignement supérieur et la recherche fondamentale des filières de sciences humaines de Roumanie.

Ce projet a été organisé conjointement par le Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne » de l'Université de Bucarest et l'Association Roumaine des Chercheurs Francophones en Sciences Sociales (ARCHES), pour ce qui est de la partie scientifique.

Le Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne » (site Internet : http://modernthought.unibuc.ro), créé en 2001 comme structure autonome de l'Université de Bucarest, rassemble des jeunes chercheurs et professeurs, engagés dans l'étude de la pensée européenne du début de la modernité. Son but est de créer une ambiance intellectuelle favorable aux recherches sur la culture, les idées, la science, la société et la spiritualité du XVIIe siècle européen, et aussi sur les étapes historiques qui puissent être mises en relation avec la Modernité Européenne. Cette ambiance est réalisée au moyen d'activités de recherche intra- et interdisciplinaires, développées dans des projets individuels ou de groupe, encourageant le travail en équipe et la dissémination des résultats à l'intérieur de modules d'enseignement.

L'Association Roumaine des Chercheurs Francophones en Sciences Sociales (ARCHES) (site Internet : www.arches.ro) s'est constituée en 1997, sur l'initiative d'un groupe de professeurs et de chercheurs, ayant acquis une formation académique en France. Les buts généraux de l'ARCHES sont de :

  1. promouvoir les études et la recherche fondamentale dans le domaine des sciences humaines.
  2. développer un réseau académique francophone en Roumanie.
  3. assurer le soutien moral, intellectuel et logistique de ses membres, nécessaire à leur activité de recherche.

Il convient de rappeler, parmi les établissements qui ont rendu possible l'organisation des projets du Centre, le soutien académique et logistique à la fois, du New Europe College (NEC) de Bucarest, un institut d'études post-doctorales et de recherche fondamentale très prestigieux de Roumanie, dans le domaine des sciences humaines. Depuis quelques années, le NEC abrite les réunions du Groupe de Recherche sur la pensée du XVIIe siècle, dont les membres sont aussi les fondateurs du Centre.

LE CENTRE DE RECHERCHES « FONDEMENTS DE LA MODERNITÉ EUROPÉENNE » ET LA TRADITION DES ÉCOLES INTERNATIONALES D'ÉTÉ EN PHILOSOPHIE ET HISTOIRE DES IDÉES.

Ces trois dernières années, cette formule d'organisation coordonnée par le Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne » a prouvé son efficacité et sa productivité à un niveau académique international. Parmi les projets menés à bonne fin dans le paysage universitaire roumain, la parution des études et l'organisation de séminaires ou de colloques, le projet des Écoles d'été en philosophie et histoire des idées se remarque par une participation internationale prestigieuse et par l'importance de ses résultats.

Dès sa première édition, qui a eu lieu dans l'ambiance intellectuelle déjà consacrée et remplie d'histoire du « Conac » Rosetti-Enesco de Tescani (dép. de Bacau), École a représenté un événement académique de grande envergure. En recevant, à la suite d'un concours de projets, le financement de l'Open Society Institute - Higher Education Support Program (OSI-HESP) et de l'Ambassade de France en Roumanie, École d'été s'y est déroulée entre le 30 août et le 13 septembre 2001, en français et en anglais, ayant comme thème : « Espaces de liberté dans la pensée moderne. Individus, projets de réforme, sociétés multiples ». Les participants - professeurs et jeunes chercheurs de Roumanie et de l'Europe d'Est - ont bénéficié d'un corps enseignant d'exception, formé des spécialistes en philosophie et histoire de la science, provenant des centres universitaires roumains (Bucarest, Cluj, Arad) mais aussi d'Oxford, de l'Université de Chicago, de Paris I, du CNRS, de l'IFAS (Vienne).

Une première confirmation du succès de cette première École d'été est ressortie de la décision d'OSI-HESP de financer le projet intitulé « Follow-up École d'été 2001 », censé refléter le niveau des recherches individuelles et de groupe, commencées à Tescani. Le projet s'est déroulé à Bucarest, dans la période du 8 au 10 mai 2002 et comprenait des cours et des séminaires spéciaux (cross-reading seminars), donnés à la Faculté de Philosophie, à la Faculté des Langues et Littératures Étrangères (Université de Bucarest) et à École Nationale de Sciences Politiques et Administratives. Le Follow-up s'est conclu par une Journée d'études, organisée sous l'égide du NEC.

Encouragés par les échos académiques reçus en retour, les organisateurs se sont décidés à transformer École dans une tradition roumaine, centrée sur l'idée de la rencontre intellectuelle et universitaire de haute qualité. Cette initiative, singulière en Roumanie, étant donné son caractère international, interdisciplinaire et réfractaire à l'inertie administrative de l'enseignement supérieur roumain, a réussi à convaincre plusieurs partenaires scientifiques et financiers (dont il convient de signaler en tout premier lieu l'Ambassade de France en Roumanie) de soutenir une seconde édition de École. Celle-ci a eu lieu au Château Macea (le département d'Arad), administré par le partenaire du projet, l'Université d'Ouest « Vasile Goldis », du 30 août au 13 septembre 2002.

Conçue explicitement comme structure de recherche indépendante, supposant la coopération des plusieurs universités, École de Macea s'est proposé d'assurer le cadre de la formation de nouveaux enseignants contribuant au renforcement de l'enseignement supérieur de Roumanie. Intitulée « Enseigner l'histoire des idées comme pratique de la liberté », École de 2002 a eu comme objectif de faciliter à un public de jeunes diplômés et de jeunes enseignants dans l'enseignements supérieur en sciences humaines, l'orientation dans un contexte de recherche et d'enseignement compatible avec les exigences des grands centres universitaires du monde. Afin d'orienter la liberté et la mobilité intellectuelle des participants vers les études humaines de haute performance, situées au carrefour de plusieurs paradigmes scientifiques, les activités de École ont été centrées sur les directions contemporaines de recherche dans la pensée moderne, tout en privilégiant les méthodes récentes d'enseignement (qui supposent la conception interdisciplinaire des cours ; l'interaction didactique, en système tutorial, avec les étudiants ; une orientation claire des séminaires vers l'étude de type reading group, visant des thèmes précis).

Le corps enseignant qui s'est engagé dans ce processus complexe de redéfinition des habitudes de recherche et d'enseignement que les participants possédaient, a inclus des autorités incontestables dans le domaine des sciences humaines de notre pays, mais aussi des Etats-Unis, de France et d'Autriche. La présence de professeurs tels Daniel Garber (Princeton University), Roger Ariew (Virginia Polytechnic Institute and State University), Jean-Robert Armogathe (École Pratique des Hautes Études, Paris), Frédéric de Buzon (Université de Paris XII), Vlad Alexandrescu (Université de Bucarest), Dana Jalobeanu (Université d'Ouest « Vasile Goldis », Arad), Catalin Avramescu (Institut für Geschichte, Vienne), H.R Patapievici (Bucarest), Anca Oroveanu (directeur scientifique de NEC et professeur à l'Université Nationale des Beaux-Arts de Bucarest) a représenté la chance d'une rencontre académique du plus haut niveau, pour les participants, et elle a essentiellement contribué au succès remarquable du projet entier. Un compte rendu de cette École d'été a été publié dans le tome 4 de la revue ARCHES.

ÉCOLE DE MACEA, ÉDITION 2003 : LA CRÉDIBILITÉ D'UN PARTENARIAT DE SUCCÈS.

L'un des résultats les plus importants des premières Écoles d'été s'est concrétisé dans la consolidation des rapports scientifiques des partenaires du projet dans le réseau international de recherche. Suite à la coopération dans le projet de Macea 2002, s'inscrit - par exemple - le retour du professeur Daniel Garber en Roumanie où, le 15 janvier 2003, il a répondu à l'invitation adressée par le Centre de recherches et par le New Europe College de participer au Séminaire International « L'Action chez Descartes », déroulé à Bucarest. Dans le contexte d'une perception internationale réelle de l'activité du Centre, l'organisation de la troisième édition de École est devenue possible en raison du crédit scientifique des professeurs invités et notamment, de l'apport financier des sponsors : la Compagnie CONNEX, l'Ambassade de France en Roumanie et le Conseil départemental Arad.

Déroulée entre le 30 août et le 14 septembre, l'édition de cette année se distingue des précédentes, d'abord par le nombre important des dossiers de candidature reçus de la part des jeunes chercheurs d'Europe et d'Amérique de Nord. Ce qui représente un succès en soi et aussi un signe du climat scientifique international, c'est la bonne image et la capacité d'attirer de nouveaux participants, de la part d'une École d'été organisée en Roumanie, au niveau des universités et des centres de recherche des Etats-Unis, du Canada, de France, d'Allemagne et d'Italie (pays d'où sont arrivés des formulaires de candidature).

Ayant à la base, dès le début, l'idée d'ouverture vers le domaine scientifique international, dans l'esprit de la crédibilité caractéristique des seuls partenariats solides, École d'été a connu, cette année, l'envergure naturelle d'un événement académique relié à l'actualité des études humaines du monde entier.

II. LES BUTS GÉNÉRAUX DE L'ÉCOLE D'ÉTÉ DE MACEA 2003

  1. Concevoir des cours nouveaux que les participants disséminent dans leurs universités d'origine.
  2. Familiariser les participants avec les directions les plus récentes de recherche dans le domaine de la pensée du XVIIe siècle.
  3. Renouveler la méthodologie d'enseignement de la philosophie et de l'histoire de la pensée moderne.
  4. Mettre en pratique d'une manière systématique les tutoriaux.
  5. Constituer un réseau large, transdisciplinaire, de jeunes chercheurs.

III. LA PROMOTION DU PROJET

L'organisation de École a été assurée par l'équipe suivante : Vlad ALEXANDRESCU (Directeur), Dana JALOBEANU (Directeur adjoint), Ciprian TUDOR (Assistant scientifique), Isabela ALIC (Assistant administratif), Florina POPA (Expert-Comptable).

La promotion du projet a commencé neuf mois avant l'ouverture de École, plus précisément en janvier 2003. Pour une publicité internationale efficace, on s'est servi des moyens fournis par des réseaux différents de courrier électronique, appartenant au Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne », à l'Association ARCHES et au New Europe College. L'annonce de École d'été a été diffusée sur des listes électroniques. On a également eu recours aux contacts académiques personnels, en essayant de couvrir davantage d'aires universitaires et de recherche. Dès avril 2003, on a posté une brève annonce sur la page Web de l'Association ARCHES et sur celle du Centre de Recherches ; en juin 2003, on y a inséré l'information complète (l'annonce mentionnant les organisateurs et les sponsors, le guide du candidat, les formulaires de candidature, le programme de École). La promotion du projet s'est faite aussi dans la presse nationale : l'annonce mentionnant les organisateurs et les sponsors a paru dans les hebdomadaires « Dilema », « Observator Cultural », « 22 », « Academia Catavencu », « Deci » et « România Literara ».

Pour que le projet soit perçu d'une façon plus efficace par le public-cible, on a conçu des affiches et des dépliants qui ont été distribués dans les facultés roumaines de sciences humaines. De plus, grâce à l'amabilité du professeur Daniel GARBER (Université de Princeton), le projet a bénéficié d'une promotion directe dans le milieu universitaire nord-américain. A tout cela, s'ajoute la contribution de Vlad ALEXANDRESCU, qui a personnellement disséminé l'information, dans le milieu académique français et italien, à l'occasion des stages de recherche qu'il y a effectués.

IV. PROFESSEURS INVITÉS

Le corps enseignant de École « Ames, Horloges, Atomes et Forces : modèles alternatifs de l'individu dans la pensée moderne » a réuni des spécialistes en philosophie et sciences humaines de Roumanie et de l'étranger :

 

Le professeur Daniel GARBER de Princeton University, qui nous a honorés trois fois par sa présence aux différents projets École d'été, a dû, au dernier instant, annuler cette année sa participation, pour des raisons personnelles.

V. LA SÉLECTION DES PARTICIPANTS

Nombre de candidatures :

De Bucarest : 20

D'autres centres universitaires de Roumanie : 12

Du Canada : 1

Des Etats-Unis : 1

D'Allemagne : 1

De France : 1

D'Italie : 1

Total : 37

Critères de sélection :

Le jury de sélection (composé des responsables scientifiques de École) a pris en considération les critères suivants :

  1. Éléments du CV censés être déterminants sous l'aspect de la qualification académique du candidat.
  2. Motivation du candidat pour participer à un projet visant la Modernité Européenne (lettre de motivation, conversation téléphonique).
  3. Possibilité de dérouler des activités d'enseignement dans le milieu universitaire ou de s'intégrer dans des projets de recherche fondamentale sur les thèmes de École d'été.
  4. Connaissance des langues étrangères (le français et l'anglais) qui permettent une participation active du candidat au programme de École.

La liste des participants sélectionnés :

Chercheurs :

1. Mirela ADASCALITEI, maître-assistant, Faculté de Langues Étrangères, Université de Bucarest, e-mail : adami777@yahoo.com ;

2. Cristina BALINTE, chercheur, Institut d'Histoire et de Théorie Littéraire « G. Calinescu », Académie Roumaine, Bucarest, e-mail : balinte_c@yahoo.com ;

3. Elodie-Marie-Jeanne CASSAN, allocataire de recherche, Université Paris XII, e-mail : elodiecassan@yahoo.com ;

4. Eugen CIURTIN, chercheur, Directeur du Centre d'Histoire des Religions, Faculté d'Histoire, Université de Bucarest, e-mail : eugen_ciurtin@hotmail.com ;

5. Oana CORONDAN, maître-assistant, Faculté de Sciences Sociales, Université d'Ouest « Vasile Goldis », Arad, e-mail : oana139@hotmail.com ;

6. Dr. Daniele COZZOLI, chercheur, Université « La Sapienza » de Rome, e-mail : daniele5@freesurf.fr et daniele.cozzoli@tin.it ;

7. Dr. Frank LINHARD, chercheur-associé et chargé de cours, Zentrum zur Erforschung der Frühen Neuzeit, "Johann Wolfgang Goethe" Universität, Frankfurt am Main, e-mail : F.Linhard@em.uni-frankfurt.de ;

8. Mihail NEAMTU, doctorant en patristique, King's College, Londres, e-mail : mihail.neamtu@kcl.ac.uk ;

9. Dr. Adrian NITA, chercheur, Institut de Philosophie, Académie Roumaine, Bucarest, e-mail : nitaadrianus@yahoo.com ;

10. Dan POPESCU, maître-assistant, Département de Philosophie, Sociologie et Sciences Politiques, Académie Études Economiques, Bucarest, e-mail : popescudan@b.astral.ro ;

11. Adina RUIU, maître-assistant, Chaire de Langues Modernes, Faculté de Langues Étrangères, Université de Bucarest, e-mail : adinaruiu@yahoo.com ;

12. Dr. Liviu STROIA, membre du Centre de Recherches « Fondements de la Modernité Européenne », Université de Bucarest, e-mail : ilstroia@itcnet.ro ;

13. Dr. Alin TAT, chargé des cours, Faculté de Théologie Gréco-Catholique, Université "Babes-Bolyai", Cluj, e-mail : itgc-ev@bru.ro ;

14. Bogdan TATARU-CAZABAN, chercheur indépendant, e-mail : tatarucazaban@yahoo.com ;

 

Étudiants :

15. Andrei Alex ACHIM, licencié, Faculté des Lettres - Département de Philosophie-Journalisme, Université de Nord, Baia-Mare : oberon3a@personal.ro ;

16. Irina-Gabriela BUDA, licenciée, Faculté de Philosophie, Université de Bucarest, e-mail : irina_buda@yahoo.co.uk ;

17. Ana-Maria DATCU, Mastère en Philosophie, Faculté de Philosophie, Université de Bucarest, e-mail : amid_ro@yahoo.co.uk ;

18. Mihnea DOBRE, Mastère en Philosophie, Faculté de Philosophie, Université de Bucarest, e-mail : mihneadobre@yahoo.com ;

19. Stefan-Alexandru DRAGULINESCU, étudiant, Faculté de Philosophie, Université de Bucarest, e-mail : stefan_dragulinescu@hotmail.com ;

20. Andrei GAITANARU, Mastère en Philosophie, Faculté de Philosophie, Université de Bucarest, e-mail : andrei_gaitanaru@yahoo.com ;

21. Daniel-Antonie GOMOESCU, étudiant, École Nationale de Sciences Politiques et Administratives, Bucarest, e-mail : gomo@k.ro ;

22. Simona MUDAVA, médecin-résident en psychiatrie, Hôpital « Saint-Jean », Bucarest, e-mail : smudava@yahoo.com ;

23. Mihai SÂRBU, licencié, Faculté de Sciences Politiques, Université « Vasile Goldis », Arad, e-mail : sarbumihai2000@yahoo.com ;

24. Valentin STÂNGA, étudiant, Faculté de Sciences Politiques, Université « Vasile Goldis », Arad, e-mail : stanga_valentin@yahoo.com ;

25. Garret ZAYIC, licencié en philosophie, professeur d'anglais américain, Arad, e-mail : gzayic@yahoo.com ;

 

(bien qu'admis lui aussi, le chercheur canadien, Martin LARAMEE, de Sherbroke University, a dû renoncer à y participer, pour des raisons financières, liées aux frais de transport).

VI. LA LOCATION DE L'ÉCOLE D'ÉTÉ : LE CHÂTEAU DE MACEA

Le Château de Macea (département d'Arad) fut construit à la fin du XVIIIe siècle, comme résidence d'une famille serbe de la noblesse austro-hongroise. Le bâtiment proprement dit et son domaine afférent sont à présent donnés en concession à l'Université « Vasile Goldis » d'Arad qui en assure l'administration. Destiné, tout au long de l'année, à des activités académiques variées, le Château est entouré en grande partie par le domaine d'un vieux Jardin botanique, abritant un parc dendrologique où l'on trouve des arbres vieux de plus de 250 ans. Ces conditions naturelles confèrent au Château une atmosphère tranquille, propice à l'étude.

Durant les dix dernières années, le Château a bénéficié de travaux importants de restauration, qui l'ont rendu habitable après la longue période où les autorités communistes l'avaient voué à la déchéance, tant par l'incurie administrative que par les destinations dégradantes qu'elles lui avaient réservées. Pourtant, le confort et la qualité de l'hébergement sont encore limités, plusieurs chambres exigeant de futurs efforts d'aménagement.

Pour toute la durée de École d'été, les professeurs et les participants ont habité au Château, dans 15 chambres (pour 2 à 5 personnes). Au premier étage (le seul habitable), l'Université de l'Ouest « Vasile Goldis » a disposé une salle à manger commune et aussi un petit salon, dans lequel la présence d'un vieux piano a rendu possible l'organisation de récitals et de soirées dans un esprit européen authentique. Pour les cours et les séminaires, deux autres salles ont été mises à la disposition des participants ; il faudrait également mentionner que, pendant les après-midi ensoleillés, les conférences et les ateliers avaient lieu soit sur la terrasse supérieure du Château, soit sur la pelouse située devant l'entrée principale.

Par sa position géographique (à 25 km de la ville d'Arad, une île botanique au milieu du village Macea), le domaine qui entoure le Château assure une ambiance favorable à l'étude et à la vie de campus. Dans cette ambiance, les professeurs et les participants ont été invités à engager une véritable communauté académique, rythmée par les activités didactiques, les repas en commun et les promenades dans le parc - occasions pour discussions et tutorials.

En général, les activités didactiques ont été programmées de manière à ne pas se superposer dans l'emploi du temps, à l'exception de quelques séminaires ou tutoriaux qui se sont déroulés en parallèle.

Chaque jour, le programme des participants comprenait deux heures de travail individuel, destinés à l'étude des textes nécessaires aux débats au long des séminaires ou à la préparation des exposés scientifiques individuels. Parmi les activités scolaires, la présentation des projets des participants a occupé une place centrale, dans le cadre des ateliers et des séminaires modérés par les professeurs. Le Château de Macea s'est montré ainsi un endroit favorable, un espace intellectuel qui a généré des projets de thèses de doctorat et des collaborations académiques, concrétisées dans l'élaboration des articles et des études spécialisées.

Mais l'un des problèmes de cette location pour École d'été fut l'isolement, le manque d'une connexion permanente au réseau Internet et de la communication par e-mail. Cette difficulté a pu être surmontée par des déplacements à Arad ou par l'amabilité des professeurs qui ont mis à la disposition des participants les connexions WAP de leurs ordinateurs portables. Bien que l'on ait ressenti la nécessité d'une meilleure dotation informatique et multimédia du Centre, un minimum de ressources bibliographiques sur papier et en format électronique était tout de même disponible. D'autre part, École a pu bénéficier de la part du Centre « Fondements de la Modernité Européenne » d'un fonds documentaire, composé d'ouvrages spécialisés (textes primaires et références critiques). Une partie significative du matériel pédagogique requis aux cours et aux séminaires a été multipliée à Bucarest et, puis, mise à la disposition des participants. Vlad ALEXANDRESCU a apporté également son imprimante, ce qui a facilité la diffusion sur place de textes à but pédagogique. Par rapport aux Écoles des années passées, cette année, on a pu bénéficier d'un over head projector, fort utile aux cours et aux présentations. De même, le Centre « Fondements de la Modernité Européenne » a mis à la disposition des enseignants un vidéoprojecteur permettant de projeter à l'écran les présentations conçues en format électronique, à l'ordinateur portable, fait qui a amélioré l'interactivité du processus d'enseignement. En général, les professeurs et les participants de l'étranger ont trouvé à Macea une atmosphère pédagogique technologiquement proche de leurs attentes ; quant aux participants roumains, ils ont complètement bénéficié de ce système didactique, tellement rare encore (malheureusement), au niveau des universités et des centres de recherche du pays.

VII. ÉVÉNEMENTS DE L'ÉCOLE D'ÉTÉ, ÀL'INTÉRIEUR ET ÀL'EXTÉRIEUR DU PROGRAMME

La structure de École a été programmée, en tenant compte de quatre types d'activités : Reading-groups, Ateliers de Recherche, Cours Magistraux et Tutorials.

Les Reading-groups ont été conçus selon le modèle des cours-croisés, où deux professeurs proposent pour débat et réflexion le même thème, envisagé sous des angles de recherche différents et interdisciplinaires. Orientés vers l'analyse de texte et la mise en évidence des problèmes précis d'interprétation, ces « reading-groups » ont l'avantage de fournir aux participants une perspective théorique plus large, en privilégiant les débats d'idées et en évitant la méthode unidimensionnelle d'enseignement ou l'inertie des structures méthodologiques vieillies.

Les Ateliers de Recherche ont été conçus selon le modèle des « séminaires spéciaux », où les intervenants présentent, devant les professeurs-modérateurs et les autres participants, leurs propres projets de recherche, en rapport aux thèmes abordés dans le cadre de École. Ces Ateliers rendent réciproquement visibles les intérêts théoriques des participants et aboutissent à engendrer, pendant la période de temps réservée aux questions et débats, des véritables « tournois » d'idées.

Les Cours, bonne occasion pour des exposés magistraux, donnés par des autorités en philosophie et histoire des idées, apportent devant l'assistance des interprétations nouvelles et des directions de recherche fondamentale, représentant, parfois, l'essence des préoccupations académiques, déroulées pendant des décennies d'étude.

Le Tutorial, fondement du système d'enseignement supérieur de très haut niveau, reprend en registre académique moderne les rigueurs de la relation Maître-Disciple, supposant aussi une interaction didactique un à un, concentrée sur le potentiel de recherche de l'étudiant, manifesté dans le cadre des discussions qui deviennent une occasion d'approfondir les thèmes des cours.

A part ces activités d'enseignement et de travail scientifique avec les participants, École de Macea a aussi inclus :

La conférence inaugurale de École d'été, donnée par le Professeur Ioan PÂNZARU, Vice-Recteur de l'Université de Bucarest.

Le lancement du volume d'études Esprits Modernes. Études sur les modèles de pensée alternatifs aux XVIe-XVIIIe siècles, comprenant les Actes de École Internationale d'été Macea 2002.

Le lancement, au siège du Conseil Départemental d'Arad, du volume Filosoful crud, de Catalin AVRAMESCU, paru aux Editions Humanitas, en 2003.

De plus, l'édition de cette année de École d'été a inclus une excursion d'un jour à Siria, offerte aux participants, avec le soutien de l'Université d'Ouest « Vasile Goldis » et du Conseil Départemental d'Arad, le dimanche, 7 septembre.

Il ne faut pas oublier de mentionner, comme moment important, les Évaluations de École d'été qui ont eu lieu le dernier jour, et pendant lesquelles on a fait le bilan de toutes les activités déroulées au cours des deux semaines de débats, réunissant les points de vue des professeurs et des étudiants.

VIII. LES ÉCHOS IMMÉDIATS DE L'ÉCOLE DE MACEA 2003

Quelques interviews ont été données à la presse locale d'Arad, à l'occasion de École de Macea, de la façon suivante :

A la télévision locale RCS, le 29 août, à 20 heures, il y a eu un talk-show qui a eu comme invités Dana JALOBEANU et aussi deux participants de École d'été, Valentin STÂNGA et Mihai SÂRBU.

A la même chaîne de télévision RCS, le 10 septembre, à 20 h 30, une émission d'une heure a présenté École et a transmis des déclarations de Vlad ALEXANDRESCU (Directeur de École de Macea), Eugen CIURTIN (Directeur du Centre de l'Histoire des Religions, Université de Bucarest), Mihail NEAMTU (King's College, Londres) et Catalin AVRAMESCU (Institut d'Histoire, Vienne).

On peut y ajouter qu'à l'occasion d'une émission de la chaîne Radio Timisoara, diffusée le 8 septembre 2003, Brândusa PALADE (École Nationale de Sciences Politiques et Administratives) a fait une présentation de École de Macea.

IX. CONCLUSIONS

Non seulement du point de vue scientifique, mais aussi comme organisation, l'École d'été de Macea, « Ames, Horloges, Atomes et Forces : modèles alternatifs de l'individu dans la pensée moderne », a atteint son but. École a représenté un succès, dans le sens qu'elle a rendu clair aux participants roumains le besoin de changement du curriculum académique de leurs universités de provenance, a aidé à s'établir des relations entre les spécialistes en sciences humaines du pays et de l'étranger, dans le cadre d'un réseau international rattaché aux tendances les plus actuelles de recherche, caractérisant le domaine de la pensée moderne, et a familiarisé les participants avec les modèles novateurs d'enseignement de la philosophie et histoire des idées.

Les organisateurs ont été surpris de constater la disponibilité intellectuelle des participants, leur désir de s'associer, à l'avenir, aux projets de futures écoles et, en général, aux projets de recherche développés par l'Association ARCHES et le Centre « Fondements de la Modernité Européenne ». La conclusion capitale de l'édition 2003 de École a été qu'au niveau de cette direction de l'étude des sciences humaines et de la pensée moderne, la Roumanie n'est plus une province isolée, figée dans des réflexes vieillis de pensée, mais une capitale, un centre vif et intellectuellement productif, attrayant pour les professeurs, les spécialistes et les jeunes chercheurs, des espaces culturels déjà consacrés à l'excellence académique.

D'ailleurs, le succès de École d'été s'est fait remarquer, étant reconnu dans le milieu académique roumain. La revue « Observator Cultural » a consacré, en octobre, un groupage éditorial spécial de cinq articles, sur le thème de École de Macea, en saluant cette initiative comme une réalisation scientifique et culturelle roumaine (n° 189, 7. X.-13. X. 2003).

Si dans l'activité de l'organisation des Écoles Internationales en philosophie on trouve pour l'Association et pour le Centre une raison future d'exister, ce ne sera pas celle de s'installer dans le confort satisfaisant de la réussite, mais de continuer à faire ce qu'ils s'étaient proposés, dès le début : un renforcement authentique, la renaissance d'une tradition de la recherche fondamentale en sciences humaines.